Passion Marie-Antoinette

Marie-Antoinette la dernière étreinte, une picèe de théâtre qui mérite le détour !

Marie-Antoinette la dernière étreinte | Courez voir cette pièce !

Pièce de théâtre encore confidentielle, Marie-Antoinette la dernière étreinte mérite d’être davantage connue ! J’ai assisté à la dernière représentation de 2022, ce vendredi 28 octobre au théâtre de l’Île Saint-Louis Paul Rey, et j’ai été conquise. Je vous raconte.

Marie-Antoinette la dernière étreinte : le pitch de la pièce de théâtre

Comme le nom de la pièce le laisse supposer, Marie-Antoinette la dernière étreinte aborde les derniers moments de la vie de la reine. On est le 16 octobre 1793, à la fin de son procès. La petite cellule de la Conciergerie est le théâtre de scènes intimes, à cœur ouvert : la reine, malade, exténuée par 4 années d’emprisonnement, n’a plus rien à perdre. La jeune et dévouée servante Rosalie Lamorlière lui apporte le réconfort et la tendresse dont elle manque cruellement depuis qu’elle a été séparée de sa fille et de sa belle-sœur le 2 août 1793. Son avocat, Chauveau-Lagarde, tente, contre vents et marées, de défendre celle qui est en réalité indéfendable puisque son procès n’est qu’une mascarade. En pointillés, le garde du cachot, partagé entre ses convictions républicaines et l’empathie qu’il ressent pour la détenue, tente d’alerter Rosalie sur les dangers qu’elle court à s’émouvoir ouvertement du sort réservé à Marie-Antoinette.

Dans le huis clos de la cellule de la Conciergerie, le spectateur assiste au ballet de ces 4 personnages pris, bien malgré eux, dans une danse macabre qui va mener Marie-Antoinette à l’échafaud dans quelques heures.

Maddy Dubois est Rosalie Lamorlière dans Marie-Antoinette la dernière étreinte
Maddy Dubois est Rosalie Lamorlière dans Marie-Antoinette la dernière étreinte. Photo : Francis Thery

Isabelle Toris-Duthillier : la vision de la metteuse en scène sur la dernière reine de France

Si Isabelle Toris-Duthillier interprète le rôle-titre, elle est aussi l’autrice de la pièce de théâtre. Elle offre au spectateur une vision à mille lieues des stéréotypes sur Marie-Antoinette. Le côté dépensier, qui lui a tant été reproché, est abordé à travers la plaidoirie de Maître Chauveau-Lagarde sur l’affaire du collier. Celui-ci démontre avec verve que la coupable n’est pas la reine, mais bien Jeanne de la Motte. L’acquittement du cardinal de Rohan après le jugement de l’affaire en 1786, laissait malheureusement planer le doute sur la culpabilité de la souveraine.

Si l’Histoire a gardé de nombreux clichés sur Marie Antoinette, on oublie souvent qu’elle était d’abord une mère. C’est sur elle que l’autrice a fixé son attention. En épousant le roi de France, sa destinée première était bien de donner un héritier mâle au trône. Avec Louis XVI, ils ont eu quatre enfants dont deux sont morts avant les événements de 1789. Les deux survivants, Marie-Thérèse et Louis Charles, ont vécu l’emprisonnement du Temple. Les révolutionnaires ont séparé Louis-Charles de sa mère le 3 juillet 1793, pour lui donner une éducation républicaine et « lui faire perdre l’idée de son rang » dixit son instructeur, le cordonnier Simon. C’est une mère meurtrie dans ses chairs que l’on voit ici lutter pour sa survie, jetant ses dernières forces dans la bataille.

Avec la dévouée Rosalie Lamorlière, Marie-Antoinette retrouve presque une relation mère-fille. D’ailleurs, Rosalie et sa fille Marie-Thérèse vont jusqu’à se confondre dans l’esprit de la reine dans la bouleversante scène finale. La tendresse qui unit les deux femmes atteint alors son apogée.

Marie-Antoinette dans les bras de Rosalie Lamorlière dans Marie-Antoinette la dernière étreinte
Crédit photo : Francis Thery

Un scénario et une mise en scène aux petits oignons

Plus d’un an de recherches a été nécessaire à Isabelle Toris-Duthillier pour écrire le script de la pièce de théâtre.

« Je me suis approprié la reine après avoir décortiqué de nombreux ouvrages, de nombreux tableaux, après avoir interrogé ses contemporains sur tous les supports qui m’étaient offerts. Je me suis arrêtée sur le roman de Ludovic Miserole : Rosalie Lamorlière, dernière servante de Marie-Antoinette à la Conciergerie… »

La confection des costumes a été confiée à Benjamin Warlop, spécialiste de la mode du XVIIIe siècle et grand passionné de l’histoire de la vie de Marie-Antoinette. Le décor est sobre et minimaliste, à l’instar de ce qu’était le cachot de la reine.

Avec tout ça, le spectateur est au plus près de la vérité historique. Ajoutons que le jeu des acteurs est magistral. Chauveau-Lagarde est brillant, Rosalie touchante et Marie-Antoinette plus vraie que nature. Isabelle Toris-Duthillier n’interprète pas la reine, elle est Marie-Antoinette. Bouleversant !

Isabelle Toris-Duthillier : bouleversante Marie-Antoinette. Crédit photo : Francis Thery

 

En bref, j’ai adoré Marie-Antoinette la dernière étreinte, et je me demande pourquoi cette pièce de théâtre n’est pas davantage connue, car la troupe est formidable et a tout d’une grande. Et en même temps, j’avoue que le fait qu’elle soit jouée dans une de ces toutes petites salles parisiennes absolument charmantes est un avantage pour le spectateur. On profite ainsi d’une grande proximité avec les acteurs ; acteurs qui, en plus, se rendent disponibles pour échanger avec le public après la représentation, ce qui ne gâche rien !

👀 Marie-Antoinette la dernière étreinte n’est jouée que quelques jours par an. Pour ne pas rater les prochaines représentations, vous pouvez créer une alerte sur Billet Réduc.

🌹 Des extraits de la dernière lettre de la reine sont cités dans la pièce. La connaissez-vous ? Lisez (ou relisez) maintenant cette émouvante correspondance aussi appelée le testament de Marie-Antoinette.

Stéphanie

Partager l'article

2 réponses

  1. Bon matin,
    Je viens par hasard de trouver votre blog et sens que je m’y référerai souvent. De mon côté, je célèbre son anniversaire et son une pensée pour elle chaque 16 octobre et chaque 21 janvier. Je vous suivrai assidûment du Québec et tenterait d’aller voir l’exposition. Je me cherchais justement une justification pour retourner à Paris. Merci

  2. Bonjour Sophie,
    Voilà une excellente raison pour venir en France alors (attention à la fermeture de l’exposition en juillet-août, ce serait dommage de la rater).
    Merci pour ce gentil avis sur mon blog.
    À bientôt,
    Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Passion Marie-Antoinette : la vraie Vie de la Reine

Les idées reçues sur Marie-Antoinette sont nombreuses. Apprenez à mieux la connaître avec des articles sur son histoire, ses lieux de mémoire et un tas d’anecdotes !
 
Bonne lecture !

Qui suis-je ?

Je suis Stéphanie Soulier. J’ai craqué pour Marie-Antoinette après avoir vu un docufiction sur Arte. Depuis… j’ai décidé de lui consacrer un blog. En savoir plus sur ma démarche.

Stéphanie Soulier du site Passion Marie-Antoinette

Recevez un extrait PDF gratuit de mon livre 

 

Adresse e-mail non valide


Recevez un Extrait de mon livre (gratuit)

C’est cadeau : 8 questions-réponses extraites de mon livre (pour tout savoir sur Marie-Antoinette).

Livre Marie-Antoinette l'essentiel de Stéphanie Soulier