Passion Marie-Antoinette

Marie-Antoinette de Vial

Marie-Antoinette de Vial : mon avis

Je viens de terminer la lecture du Marie-Antoinette de Vial et j’ai eu envie de partager avec vous mon avis sur cette nouvelle biographie-fleuve de près de 600 pages (sans les notes !). Charles-Éloi Vial possède un C.V. bien fourni : docteur en histoirearchiviste-paléographe, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, il est spécialiste de l’Empire. C’est la deuxième fois qu’il fait une incursion dans la période pré-napoléonienne. Après La famille royale au Temple – Le remords de la Révolution,  il s’attaque donc au monument des reines de France, Marie-Antoinette. Il poursuit le même objectif que moi sur ce blog : tordre le cou aux idées reçues la concernant. Vous imaginez donc que je me suis plongée avec un réel enthousiasme dans cette toute nouvelle biographie sortie le 4 janvier 2024. Sans plus attendre, je vous donne mon avis sur le dernier livre sur Marie-Antoinette de Charles-Éloi Vial.

Je ne vous apprendrais rien en écrivant qu’un avis est par essence subjectif. Tout ce qui est dit dans l’article n’engage donc que moi. Et moi seule.

Encore une biographie sur Marie-Antoinette ? N’a-t-on pas déjà tout dit ?

Avec + de 400 livres publiés sur Marie-Antoinette, nous reste-t-il encore des choses à découvrir sur la célèbre reine de France ? La réponse est OUI ! Bien sûr, les grandes lignes de son histoire sont connues, mais c’est dans les petits détails que l’on peut trouver de la nouveauté ! Les cartons d’archives recèlent des trésors encore inexplorés, donc inexploités, prêts à dévoiler de fraîches anecdotes, voire un éclairage différent. 

Charles-Éloi Vial précise sa démarche dans une interview télé :

« C'est un livre de conservateur d'archives ; les biographes de Marie-Antoinette sont plutôt des conservateurs de musée qui travaillent sur les objets, les décors ; moi je me suis focalisé sur les documents, notamment ceux qui sont conservés à la BnF, aux Archives nationales pour trouver des petits détails. »

[Instant digression : quand il dit que les « les biographes de Marie-Antoinette sont plutôt des conservateurs de musée qui travaillent sur les objets, les décors », fait-il allusion à Hélène Delalex, dont la biographie de la reine est parue en 2021 aux éditions Perrin, dans la collection Bibliothèque des illustres que lui-même supervise ? Il y a tout de même une chose que je ne m’explique pas : comment, alors qu’il chapeautait la sortie de l’ouvrage de Mme Delalex, pouvait-il travailler au même moment, pour le même éditeur, sur sa propre biographie de Marie-Antoinette (dont il a commencé le travail préparatoire en novembre 2020) ? Curieux, non ?]

Bref, j’en reviens à mon propos. Charles-Éloi Vial est un archiviste : il a donc mis ses compétences au service de sa mission. Il a fouillé dans les cartons et il a trouvé ! Journal du maréchal de Castries (prononcez Castres), succession de Rose Bertinlettres de l’abbé de Vermond, etc. : son exploration des vieux papiers a livré quelques secrets, qui en disent plus sur la personnalité de Marie-Antoinette ou sur son quotidien. On découvre ainsi une reine mélancolique, repliée sur elle-même, à l’opposé de son image « grand public », véhiculée notamment par le biopic de Sofia Coppola. On découvre également que son implication en politique est antérieure à la chronologie habituellement établie. Donc oui, on peut dire qu’en 2024, Marie-Antoinette n’a pas encore dévoilé tous ses mystères. Et Charles-Éloi Vial de conclure dans l’interview citée plus haut :

« C'est un personnage sur lequel on n'a jamais fini de travailler. »

Le livre Marie-Antoinette de Charles-Éloi Vial : une démonstration magistrale

Avec sa biographie sur Marie-Antoinette, Charles-Éloi Vial « envoie du lourd » si vous me pardonnez cette expression familière. Il a réalisé un travail préparatoire titanesque. En historien méthodique et scrupuleux inscrit dans une démarche scientifique, il source la plupart de ses assertions, si bien que les notes de bas de page constituent une lecture dans la lecture. (Notez que j’ai bien dit qu’il source la plupart de ses assertions, je reviendrai là-dessus plus bas.) Son récit est d’une précision chirurgicale. C’est propre et net, telle une démonstration de prof de mathématiques.

Le lecteur suit presque la reine jour après jour, grâce à un travail de spéléologie archivistique. La première partie sur la période « Dauphine » est passionnante pour le connaisseur de l’histoire de Marie-Antoinette, car elle distille des anecdotes nouvelles, glanées dans la presse de l’époque. L’auteur présente l’évolution de l’intérêt pour la jeune archiduchesse à mesure que se concrétise l’alliance franco-autrichienne et le mariage dynastique en découlant.

Cette première partie peut toutefois décourager le néophyte ; parole d’une de mes connaissances amatrice d’histoire, qui s’est plongée dans cette lecture sur mes conseils et qui a dû s’accrocher pour venir à bout de tout ce passage. Pas étonnant. Marie-Antoinette étant victime de son image de reine fêtarde, joyeuse, frivole et girly, le grand public s’intéresse surtout à la période des années 1770, marquée par les exubérances et les dépenses de toutes sortes. Les « avant » et « après » passionnent moins les foules.

Vers une autre Marie-Antoinette

Si pour vous, la femme de Louis XVI passait son temps à jouer à la bergère et à dépenser les deniers du royaume en bijoux et fêtes somptueuses, vous risquez d’être surpris·e par le contenu de cette biographie. Je salue vraiment l’effort fait par l’auteur pour démonter les mythes sur Marie-Antoinette. Il nous livre une tout autre version de la reine. Bien sûr, elle a eu sa période frivole, mais finalement, celle-ci ne dure pas si longtemps. Et on oublie souvent que la jeune archiduchesse a été élevée librement, à Vienne. En arrivant à Versailles après avoir été préparée à la hâte alors qu’elle n’avait pas été éduquée initialement pour devenir reine, elle a cherché à reproduire le modèle de vie de son enfance. Finalement, elle n’était qu’une adolescente avide de profiter de sa jeunesse et de s’amuser.

L’auteur révèle surtout une Marie-Antoinette repliée sur elle-même et mélancolique, cherchant par tous les moyens à échapper au poids de sa condition et à l’Étiquette de cour. Il fait aussi la lumière sur son rôle politique.

Le rôle de la reine en politique : le fil rouge de Charles-Éloi Vial dans son Marie-Antoinette

L’implication de Marie-Antoinette en politique, c’est la marotte de Vial ; le fil conducteur de son récit. L’historien a trouvé une pépite dans les archives – le journal du maréchal de Castries, ministre de la Marine – qui montre des incursions précoces de Marie-Antoinette en politique par rapport à la vulgate habituelle. Il tient son « scoop » et sa biographie est prétexte à démontrer la nature du rôle de la reine dans les affaires de l’État au fur et à mesure des années, quitte à recentrer régulièrement son propos sur cette (in)action politique, de manière un peu lourde parfois. 

Car finalement, page 328, il résume assez bien : 

« En réalité, le bilan des incursions de Marie-Antoinette en politique entre 1770 et 1785 s'avère encore négligeable. Elle n'a alors rien d'autre à offrir à Louis XVI que son inexpérience et les conseils intéressés de son frère, aucun de ses proches n'a la moindre compétence politique, et la frivolité de son caractère l'empêche d'exercer son influence au-delà des salons de Versailles. Son rôle se limite encore à peser, souvent maladroitement comme on l'a vu, dans les nominations aux offices de cour, à l'armée ou dans le corps diplomatique. Elle n'est pas capable de créer un parti susceptible de parvenir au pouvoir, comme avaient pu le faire la comtesse du Barry avec le duc d'Aiguillon ou encore les princesses Adélaïde, Victoire et Sophie grâce à Choiseul sous le règne précédent. »

Rien de nouveau sous le soleil alors ? Si, mais au début des années 1780, il s’agit d’un rôle limité, presque passif, qui se cantonne à celui de courroie de transmission, traduisant surtout le « degré de déliquescence atteint par le gouvernement royal, les serviteurs de l’État préférant s’en remettre à une souveraine inexpérimentée plutôt qu’à un monarque indécis qui risquait de tergiverser avant d’accepter leur départ. » (Page 304)

Marie-Antoinette de Vial : une biographie sans psychologie

Ayant déjà lu de nombreuses biographies de Marie-Antoinette, j’ai été perturbée plusieurs fois par le manque d’âme du récit. À quoi pensait la jeune archiduchesse dans son carrosse la menant à Versailles ? Quelles ont été ses pensées quand elle a écrit sa lettre-testament ? Le lecteur reste sur sa faim à ce niveau, la conséquence étant un contenu assez froid, distant de la protagoniste. Il faut dire que l’on est loin d’une biographie à la Zweig ou à la Bertière (qui signait jusqu’à présent, pour moi, le meilleur livre sur Marie-Antoinette d’Autriche ). Car oui, le propre d’une biographie d’historien et non de biographe, c’est la mise à l’écart des sentiments, qui ne sont, après tout, qu’inventions et projections personnelles. 

L’absence de psychologie est donc parfaitement assumée par l’auteur, qui annonce la couleur dès l’introduction (page 10) :

Le présent ouvrage ambitionne d'adopter une autre démarche que les biographies classiques de Marie-Antoinette, en appliquant autant que possible un mode d'écriture en « creux » : il s'agit de retrouver les traces de l'individu, même les plus infimes, en passant en revue les témoignages et les sources, et non en « plein », en évoquant la vie intérieure du personnage, ses pensées et ses sentiments qui la plupart du temps sont de simples suppositions des biographes. Même s'il faut prendre garde de tomber dans la froideur, il est particulièrement fécond de suivre les indications des contemporains tout en les confrontant, ou encore de traquer de rares indices sur le caractère ou la vie intérieure distillés çà et là dans les sources.

Quelques erreurs relevées malgré tout dans cette biographie, dommage

Je l’ai dit plus haut, le travail d’historien est rigoureux. Pourtant, j’ai trouvé des assertions non sourcées et cela m’a dérangée. Je ne les ai pas toutes relevées, mais par exemple, la taille de Marie-Antoinette est annoncée de manière très précise – je n’ai pas noté la page malheureusement – alors qu’on ne sait que l’estimer (entre 1 m 61 et 1 m 70).

J’ai surtout regretté de trouver certaines erreurs comme le fait que Fersen a quitté la famille royale à Claye lors de l’échappée vers Montmédy (= « la fuite à Varennes »), alors que c’est à Bondy. Et quand bien même il s’agirait d’une trouvaille de l’auteur, il n’y a aucune note de bas de page l’expliquant. Quant à la tête du duc de Brissac, jetée dans le salon de Madame du Barry à Louveciennes (page 538), il est quand même aujourd’hui plus que certain que c’est une légende (cliché d’ailleurs démonté par Emmanuel de Waresquiel dans son dernier livre, Jeanne du Barry, une ambition au féminin). Dès lors, pourquoi en avoir parlé ou ne pas avoir employé le conditionnel ? Comme quoi, on a beau être un historien de renom et être rigoureux, il est difficile, sur certains sujets traités et archi traités comme Marie-Antoinette, d’éviter certains écueils.

Plus embêtant, j’ai trouvé la fin bâclée. Charles-Éloi Vial était-il pressé par son éditeur de terminer son ouvrage ? En avait-il marre ? Je ne sais pas, mais les erreurs sont nombreuses. En voici quelques-unes, pêle-mêle : la composition du tribunal ayant jugé la reine est erronée (se référer, pour la connaître, à l’excellent livre Les derniers jours de Marie-Antoinetted’Emmanuel de Waresquiel, qui s’est appuyé sur les minutes du procès pour l’établir) ; les concierges de la Conciergerie qui remplacent les Richard sont les Bault (et non Lebeau) ; Louis XVII ne meurt pas seul dans sa cellule du Temple, mais dans les bras de son gardien, Lasne ; le célèbre croquis de la reine dans sa charrette n’a pas été exécuté par le peintre David, mais plus probablement par Dominique Vivant Denon, etc.

Enfin, dernière observation, qui m’a dérangée : l’auteur est-il ami avec Evelyn Farr pour ne se référer qu’à l’ouvrage de cette dernière quand il décrypte la relation entre Marie-Antoinette et son amant suédois (Fersen) ? Si Vial aborde rapidement, dans l’introduction, les avancées majeures du projet REX dans le déchiffrement des lettres des deux tourtereaux, il ne cite même pas le livre d’Isabelle Aristide-Hastir dans la bibliographie ; livre issu justement de la recherche scientifique autour des lettres caviardées (Marie-Antoinette et Axel de Fersen – Correspondance secrète). Curieux !

Je suis assez critique, j’en ai bien conscience, et il est assez facile de relever des erreurs. J’espère que si Charles-Éloi Vial lit un jour cet article, il ne m’en voudra pas. Cela n’enlève rien à la qualité de cette nouvelle biographie sur Marie-Antoinette. Je dirais même que c’est un livre qui va compter pour les futurs historiens de la reine grâce à un corpus renouvelé et élargi auquel il a largement participé.

Sur ce point, je laisse la parole à l’auteur (page 19) :

[…] l'enjeu du présent livre est aussi ambitieux que simple : se libérer des stéréotypes, proposer la synthèse de trois décennies de travaux novateurs, et enfin offrir au lecteur - et aux historiens de l'avenir - un travail essentiellement appuyé sur les sources primaires : journaux intimes, lettres, Mémoires et correspondances diplomatiques, dans le dessein de dépasser la vision d'une femme « banale » pour retrouver au contraire un personnage complexe avec ses idées, ses ambitions, ses défauts et ses qualités, aux prises avec son époque et son environnement, au sein d'une cour en pleine évolution.

Mon avis en 2 clics : les + et les -

– Une biographie magistrale et richement documentée.

– Une écriture agréable et fluide.

– Des sources inédites donc des détails nouveaux.

– Une biographie très factuelle et descriptive, sans psychologie.

– Une fin un peu expédiée, avec des erreurs.

Bon finalement, ai-je aimé ce livre ? Oui, et il va même devenir un de mes livres de référence !

👉 Et vous, avez-vous lu le Marie-Antoinette de Vial ? Qu’en avez-vous pensé ?

Je suis curieuse de lire vos retours et de confronter mon point de vue au vôtre.

Stéphanie

Partager l'article

6 réponses

  1. Oh quelle bonne nouvelle, je suis trés curieuse et je l’acheterai! J’aimerais aussi savoir si il y a quelque otakus français interessés à écrire un livre sur Lady Oscar, sur le modèle du trés bon livre Hommage à Leiji Matsumoto par delà la coucle du temps de Julien Pirrou paru pour Ynnis. Il serait trés interessant en pensant au 2026, le 40° anniversaire de l’arrivée de Oscar en France.

  2. Bonjour Elena,
    Merci pour votre message.
    Concernant Lady Oscar et votre projet, je ne peux pas vous aider malheureusement, mais je suis certaine que vous trouverez sur les forums ou groupes Facebook des personnes intéressées.

  3. Bonjour Stefanie, tout d’abord merci pour la critique intéressante de ce livre que je m’apprête à commencer à lire. Je suis également une grande fan de ce personnage et je suis très curieuse de lire la petite « nouvelle » découverte par l’auteur. Je n’ai parcouru que la première page et j’ai trouvé une petite erreur sur l’heure de naissance de Marie-Antoinette qui m’a un peu surpris…nous verrons ensuite. Merci encore. Alice

  4. Bonjour, je l’ai acheté mais pas encore lu. j’aime bien vos commentaires, J’ai de lire le votre, j’achète toutes les biographies sur Marie-Antoinette.

  5. Bonjour Alice,
    Merci pour votre message et votre visite par ici. 😊
    J’ai hâte de lire votre avis sur le livre de Charles-Éloi Vial.
    À très vite !
    Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Passion Marie-Antoinette : la vraie Vie de la Reine

Les idées reçues sur Marie-Antoinette sont nombreuses. Apprenez à mieux la connaître avec des articles sur son histoire, ses lieux de mémoire et un tas d’anecdotes !
 
Bonne lecture !

Qui suis-je ?

Je suis Stéphanie Soulier. J’ai craqué pour Marie-Antoinette après avoir vu un docufiction sur Arte. Depuis… j’ai décidé de lui consacrer un blog. En savoir plus sur ma démarche.

Stéphanie Soulier du site Passion Marie-Antoinette

Recevez un extrait PDF gratuit de mon livre 


         

Adresse e-mail non valide


Recevez un Extrait PDF (gratuit) de mon livre !

Renseignez simplement votre prénom et votre mail pour
lire 8 questions-réponses extraites de mon livre.